Aller à la navigation.

Actualité

Affaires publiques
Québec, réveille!

Pour mettre du soleil dans ce mardi 11 avril 2017, Mickaël Bergeron a parlé de danse, de chasse aux phoques avec Thierry Rodon et d'éducation avec Brigitte Dubé. Aussi, les chroniques philosophique de Mathieu Gagnon, langagière d'Anne-Marie Beaudoin-Bégin et art visuel de Josianne Desloges.Entrevue avec Thierry RodonLa chaire de recherche sur le développement durable du Nord présente ce soir le documentaire Inuk en colère qui...

Nos émissions
Classique...!

Lors de la prochaine émission, nous terminerons notre parcours de la musique hongroise au XXe siècle. Nous entendrons des œuvres pour orchestre de Kurtag, musique à laquelle il n’est venu que tard dans sa carrière, dont Stele commandée en 1990 par l’Orchestre Philharmonique de Berlin.Nous entendrons aussi des œuvres de Ligeti. Nous reviendrons sur une œuvre de jeunesse pour piano seul « Musica Ricercata »,...

Affaires publiques
Québec, réveille!

Pour bien terminer la semaine, Mickaël Bergeron a coanimé cette émission avec l'auteure Marie-Ève Sévigny. Ensemble, ils ont parlé de son indignation et de ses projets, de relations maître-étudiantes avec Martine Delvaux. Aussi, les chroniques bouffe de Sarah Luce-Lévesque et culturelle de Catherine Genest, la chanson de la semaine de Pascal Pico Larouche et l'actualité commentée par Agnès Maltais.Entrevue avec Martine DelvauxCette semaine, des syndicats...

Affaires publiques
Québec, réveille!

Avant de terminer la semaine, jeudi 6 avril 2017, Mickaël Bergeron a parlé du système de santé avec Éric Tremblay. Aussi, la chronique environnementale d'Audrey Neveu, l'éditorial de Christian St-Pierre, la revue d'actualités de Jérôme Claveau et l'actualité commentée par Monique Voisine de Québec solidaire.Entrevue avec Éric TremblayLe MQRP (Médecins québécois pour le régime public) a réitéré son désir d'un débat public sur le salaire...

Nos émissions
Entrons en Résilience

Les Manipulateurs Pervers Narcissiques. Brisant le silence, empruntant au passage un nom de plume, Min Ka a été contrainte de vivre avec un proche atteint de ce trouble aigu de la personnalité.Ce pseudonyme n'est pas essentiellement pour se protéger ni seulement par respect pour l'entourage impliqué : Min Ka, c'est vous, c'est moi, c'est nous tous ; c'est tellement de monde, au final, parce que...

Revenir au début.